Jour 15 : de Miquelon à Langlade et fête basque

Il fait encore nuit et l’équipe s’active déjà autour de la trainière.

Très vite un magnifique soleil levant accompagne nos rameurs vers le large …

Pour les marins, notez le feu vert à babord en rentrant au port (attention si vous naviguez dans la zone …!)

Malgré un léger vent de face, la trainière glisse superbement bien et frôle les 7 noeuds.

Certains, au fond du zodiac, semblent récupérer d’une courte nuit! Mais à qui appartiennent donc ces Nike rouges?

 

 

Aupa Mano !

 

 

 

Après seulement 4 heures, la plage de Langlade nous accueille et, avec cette mer bien douce, le débarquement ne pose guère de problème.

A Miquelon, c’est le grand jour de la fête basque! Le programme est chargé entre ici et Saint Pierre les jours suivants.

Cet après midi pelote basque à pala en féminine et à main nue pour les séniors hommes, les 4 paires étant du club d’Itxassou!

   

les deux jeunes Laura et en rouge,se défendirent vaillamment face à leurs ainées les 2 soeurs Laura et Maylis en vert.

Puis vint le tour des costauds, les deux frères  Pierre et Benoît pour une fois opposés, étant associés respectivement à Peio (en blanc) et Alain (en vert)

La partie fut belle et disputée sur cette magnifique cancha remise à neuf pour l’occasion; les verts finiront par s’imposer 23 à 25.

   

Pendant les parties nos équipes s’activaient en cuisine pour préparer plus de 400 repas et mettre la gastronomie basque à l’honneur grâce aux produits généreusement donnés par nos partenaires producteurs:

Suivit une belle soirée avec force basque (où s’illustrèrent paola à l’enclume, René et Fermin au passe partout)

Vinrent ensuite les remerciements respectifs

puis la danse des enfants animée par pascale et Laura

La soirée se poursuivit tard <dans la nuit, animée par notre groupe de musiciens.

 

 

Une réflexion au sujet de « Jour 15 : de Miquelon à Langlade et fête basque »

  1. Bravo Caro, Arnaud, Jean Ber, Francis et les autres de tout coeur avec vous…! Zuzeneko musika !
    Cariños depuis Santiago, Jean-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *