Jour 16 : Day off toujours à Langlade: rando, foot pétanque …

Aujourd’hui, rien de particulier au programme, jour libre. Chacun vaque à ses petites occupations tranquillement.

Certains se contentent d’un petit tour dans le village il est vrai bien pittoresque et poussent jusqu’au bout de la grève voir l’espace muséographique assez remarquable et touchant sur l’histoire de la pêche à la morue et des doris.

D’autres traînent tranquillement en attendant la partie de foot voyant s’affronter basques contre locaux. Il paraît que ces derniers auraient infligé un 7-0 aux visiteurs … Une triplette basque affrontait également les locaux, mais les résultats n’ont pas été communiqués …

D’autres enfin, choisissent d’aller marcher sur le sentier de randonnée qui fait le tour du cap au nord du village.

Les paysages sont absolument grandioses, en surplomb au dessus de la mer, dans une alternance de grands espaces découverts et de petits bois d’épinette et d’aulne crispée ressemblant beaucoup à nos hêtres mais d’une taille maximum de 2 mètres.

La randonnée n’est pas si facile car intégralement en terrain accidenté et tourbeux colonisé par les rhododendrons en fleurs et surtout les sphaignes qui donnent l’illusion d’un terrain sec mais dans lequel on s’enfonce allègrement jusqu’aux mollets. Parfois, le chemin disparaît carrément sous une eau noire due à la décomposition des plantes, pas toujours très engageante.

De superbes étangs colonisent les creux, et la mer omniprésente force le regard à la recherche des baleines à bosse ou bleues que nous n’avons toujours pas vues. Un souffle très net puis un autre, à 3 ou 4 miles au large, puis bientôt une dizaine au large. On ne voit que peu de chose, un nuage rond de vapeur et parfois une gerbe d’écume quand la queue frappe l’eau, mais le spectacle est prenant et il est difficile de s’en détacher.

Plus loin, c’est un lièvre qui détale dans nos pieds et dans les espaces plus ouverts de petits groupes de cerfs de Virginie broutent tranquillement.

 

 

 

 

 

 

Il est temps de rentrer en descendant par les grands espaces ventés surplombant le village, les pinces de homards mayonnaise ne m’attendront pas longtemps. Vraiment nous sommes gâtés!

Demain, pour la dernière fois, mais il me semble que je l’avais déjà dit…, nous nous levons à 4H pour l’étape finale vers Saint Pierre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *