Jour 6 : De Saint Lawrence à Lamaline

Le temps est annoncé au beau et l’étape n’est pas trop longue, donc réveil à 7 heures négocié âprement et obtenu par l’équipage! Yeahhh!!!

Du coup tout se met en place lentement, chacun vacant tranquillement à ses petites occupations.

Dehors, effectivement, grand beau temps ! Il est difficile de croire que la baie au fond de laquelle est échoué le grand bâtiment du palais des sports où nous avons dormi est la même que celle que nous avons vu la veille !

 

Le village semble même pimpant au soleil et les équipes se prêtent avec bonne humeur à une séquence de photos devant la trainière.

 

 

 

 

Un banc récalcitrant oblige à quelques acrobaties et retarde légèrement le départ à 9H30.

 

La sortie de la baie est magnifique sous ce grand soleil et à l’abri du vent.

 

Cela ne va pas durer… dès le cap passé, la météo change et nos marins sont confrontés à des conditions difficiles,pourtant toujours sous un grand soleil. Le vent trois quart face, le plus difficile à gérer pour les barreurs, monte jusqu’à près de 30 noeuds au passage des caps. La houle de deux à quatre mètres se mêle au clapot formé par le vent formant ainsi une mer vraiment hachée.

Les changements d’équipage sont musclés car dans cette mer  il est difficile de créer la cohésion entre trainière et zodiac au moment des échanges.

De nouveau une superbe baleine à bosse vient faire quelques petits tours et finit par plonger carrémemnt sous la trainière.

Après 7 heures de navigation difficile et deux derniers caps bien blanchis par les écueils, tout le monde voit arriver la baie abritée de Lamaline avec un grand soulagement !

Au sol, les équipes se sont une fois de plus bien activées : les courses ont été faites, le blog et Facebook mis à jour grâce au wi-fi de la mairie, les sandwiches préparés, les drapeaux et l’expo installés, les sacs transportés etc, etc … A bientôt un papier sur les équipes au sol.

 

Reste juste les tentes à monter dans le parc de jeux enfantins par l’équipe de service pendant que le débriefing quotidien se tient dans le local des pompiers volontaires en face. Comme chaque soir, les échanges sont vifs, voire musclés, tout est mis à plat et c’est fondamental compte tenu de la complexité et des enjeux sécuritaires d’une telle expédition. Il faut dire aussi que les organismes sont fatigués et le dérapage verbal est facile. Suite au débriefing, chaque responsable informe son équipe des principaux points discutés et des décisions prises pour le lendemain.

 

Suit la traditionnelle réception des édiles locaux, ce soir trois dames, à qui nous faisons l’aubade de quelques chants basques, suivis de la remise des cadeaux traditionnels.

Vient enfin le repas attendu de tous. Au menu ce soir : crabe des neiges et gigot d’agneau au petits légumes, le tout arrosé de nos dernières bouteilles de vin françaises ; grande faena !!!

 

 

Mark et son père jouent à l’extérieur pour nos hôtes et c’est un joli succès que remporte notre exposition temporaire attachée sur les grillages du parc enfantin.

La table est vite rangée, on ne jouera pas les prolongations ce soir ; le temps de le dire, les tentes ronflent déjà dans une joyeuse cacophonie !

La journée de repos à Fortune dans deux jours fera du bien ! A tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *